Wicca

Encore un livre de mon bingo, vous risquez d’en manger plusieurs ces temps-ci. Contre toute attente, je n’ai pas commencé par ce dernier et j’ai même mis un peu de temps à le lire vu qu’on était déjà en mars quand je l’ai enfin fait et que ma PAL était bien entamée.

De base, je partais avec des a priori plutôt positifs : c’est une maison d’édition que j’aime beaucoup, les retours dessus étaient plutôt bons et ce que j’avais lu sur ses intentions m’intriguait. Je m’attendais donc à un petit roman jeunesse feel-good, dans la lignée de « Viser la lune ».
Qu’en ai-je pensé finalement ? Voyons cela de suite !

Wicca

Autrice : Marie Alhinho

Date de publication : 2019

Nombre de page : 214

Résumé : Dans la campagne perdue du Berry, où vivent encore les créatures d’antan, les Sorcelage sont loin d’être une famille ordinaire ! Avril et Octobre, comme leurs ancêtres avant eux, pratiquent en secret la Wicca, une forme de sorcellerie naturelle et bienveillante. Lorsque le cercle de pierres magiques qui protège la région est brisé, ils doivent compter sur leur meilleure amie Nour et le feu follet H pour empêcher d’anciens démons de resurgir.

Mon avis :

Première bonne surprise de ce livre : ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais.

Je pensais que ce serait avant tout un petit roman feel good, surtout tranche de vie et avec un soupçon de magie pour faire thématique. Je me suis retrouvée avec un bon roman fantastique jeunesse. Il y a de vrais enjeux, une aventure, plusieurs fois du danger. On reste certes dans de la littérature pour enfant, avec ce que cela implique sur ce qu’on peut ou non montrer mais cela demeure d’excellente facture.

Ce qui m’avait mis sur cette piste, outre la maison d’édition, c’était les propos de l’autrice qui disait avoir écrit un livre qu’elle aurait voulu lire quand elle était jeune. C’était un point qui revenait souvent dans les critiques également : le message. Je ne sais pas si on peut parler de morale à ce sujet, donc je vais employer plus ce terme. Clairement, il y est. Sans vouloir entrer dans les détails pour ne pas spoiler, plusieurs créatures y font référence et la résolution de fin est dans cette optique. Mais là où je pensais que ce serait du tranche de vie feel-good qui aurait juste un peu de magie pour mettre de l’ambiance, je me suis rendu compte que c’était l’inverse. C’est un roman jeunesse fantastique qui utilise le feel-good pour donner vie à son univers.

J’espère que ce que je raconte est compréhensible, ah ah. Mais ça me semblait important de commencer par ce point.
A part cela, un autre point que j’ai adoré c’est… LE BESTIAIRE ! J’étais aux anges devant le choix des créatures. Dans un roman fantastique de ce genre, c’est un point important pour la crédibilité et la richesse du background. Au début, on a du classique : des esprits, des fantômes, des feux-follets, des sorcières… Mention spéciale à la maison, tout de même, qui est vivante et est une très bonne façon de commencer le récit. Et ensuite, on a eu droit à plus ! Il y a quelques créatures qui sont inventées et qui sont très bien construites. Et puis, il y a celles qui m’ont fait bondir de plaisir : il y a des lavandières de nuit !

C’est tellement rare de les voir. Je les ai directement reconnues et j’étais tellement contente. En plus, leur passage est bien effrayant comme il se le doit. D’ailleurs, je pense qu’une partie des gens qui me lisent ne comprennent absolument pas de quoi je parle. Tant mieux ! N’allez pas voir Google, mais lisez plutôt le livre.
En résumé : un excellent point pour moi.
Point suivant, et un peu abordé dans le précédent, il y a plusieurs passages avec un bon suspense, bien géré. Pas partout malheureusement et Chouette y reviendra plus tard. Pourtant, à plusieurs moments, l’autrice montre qu’elle sait bien gérer son rythme, nous faire flipper ou créer des crescendo. L’exemple le plus parlant, c’est évidemment la fin qui a une belle montée, mais pas que. C’est juste dommage que tout le roman ne puisse pas suivre cette idée. .
Les personnages, parlons-en un peu. Dans ce genre de récit, ils sont assez importants, car c’est en grande partie sur eux que repose l’histoire. Nous avons un trio de tête : Avril et Octobre, qui sont frères et sœurs, ainsi que Nour leur amie. Si Avril est clairement le personnage principal, celle dont on est le plus dans ses pensées, Octobre la seconde de près. Ils sont assez bien caractérisés et assez plaisants à voir. J’ai bien aimé que la tête brûlée soit la fille et l’empathique le garçon d’ailleurs, mais je suspecte que cela soit fait exprès. De plus, on ne tombe pas dans les caricatures — en tout cas pour ces trois-là. On a clairement l’impression de voir des préados et ils sont plutôt crédibles sans en faire trop. Nour est clairement en retrait, mais ça vient plus de son rôle de personne externe à l’histoire. Je pense que, si suite il y a, elle prendra un rôle plus important.

La plupart des personnages secondaires sont plus que corrects. Certains ont une bonne présence comme le feu follet H ou la tante, d’autres ont des tics qui les rendent marquants, comme le fantôme de l’oncle avec son parler très particuliers. Les personnages puissants dégagent de la crainte, les antagonistes de la menace. De manière générale, on a une galerie de personnage haut en couleur.
J’ai beaucoup apprécié que la fin soit ouverte, car on sent qu’une suite est possible et je la lirais avec plaisir. Si ce n’était clairement pas parfait, c’était plus que plaisant et cela me donne envie de voir ce que ça donnera après. .
Enfin, dernier point, j’ai un faible pour le dessin. Le livre a été illustré par Diglee qui est, de base, une illustratrice que j’aime beaucoup. À l’intérieur, on trouve de petits dessins sur les côtés pour décorer. Les titres des chapitres sont stylisés. Le livre est découpé en plusieurs parties et chaque changement est fait par un dessin et un encadré avec des informations, par exemple sur les feux-follets. C’est le genre de chose qu’on ne trouve qu’en jeunesse (malheureusement), mais qui rend la lecture très agréable.
En conclusion : un bon roman jeunesse, avec un sous-texte feel-good, un bestiaire de qualité, un trio bien campé, des personnages hauts en couleurs, une fin ouverte qui appelle à une suite ainsi que de beaux dessins de Diglee.

Ok, mais rentrons dans le vif du sujet, le fâcheux. C’est un livre jeunesse, avec ses qualités et ses défauts.

Et qu’on se mette bien d’accord : j’ADORE la jeunesse, le souci n’est pas là. C’est quelque chose que je consomme souvent, même si je lorgne plus du côté adolescent/jeune adulte. Wicca est adressé avant tout aux 10/12 ans, je dirais. Fin de primaire, début collège. Ça a un rôle sur le registre de langage et ce qu’on peut se permettre de dire ou de montrer. Il faut aussi noter qu’on est dans du fantastique, pas de l’horreur donc les enjeux ne seront pas les mêmes. C’est clairement à prendre en compte à la lecture.

Toutefois, ce n’est pas une raison pour attendre moins. Ce n’est pas parce que le public visé est jeune que l’on peut se permettre d’être moins exigeant ou de donner de la mauvaise qualité, et ce n’est pas une histoire de complexité ou non. Les histoires pour très jeunes enfants sont très simples et pourtant, même elles, devraient avoir un niveau de qualité. On peut très bien écrire du très bon avec du très simple. L’idée « Ce sont des enfants, ils sont cons donc on va mettre le minimum syndical » elle n’est pas pour moi justifiable, pas plus qu’excuser les défauts par « c’est pour les enfants ».

Bon, après, je vous rassure, Wicca ne souffre pas de ça. C’était avant tout un disclaimer pour bien préciser mon état d’esprit. Sérieusement, si le livre avait été mauvais, vous auriez entendu mon sel bien avant x’D.
Mais ceci étant bien clair, on va tailler dans le vif.
Il y a un gros, gros, GROS problème avec le tell et le show. Le livre passe son temps à nous expliquer les choses au lieu de nous les raconter et ça casse le récit. Il y a des détails importants qu’on apprend juste avant qu’ils ne servent. Et quand je dis « juste avant », ça va de « deux, trois pages avant » à « quelques lignes avant » et ce, avec la subtilité d’un éléphant.

Et c’est d’autant plus frustrant qu’à côté de cela, il y a des passages entiers où tout va bien, des moments où le rythme est parfait, un final qui est vraiment bien. Ce n’est pas que l’autrice soit incapable de le gérer, elle montre plusieurs fois qu’elle le peut. C’est juste qu’on alterne entre un extrême et un autre et c’est frustrant, car on ne peut s’empêcher de dire « Si tout le livre avait été comme ça, c’aurait été parfait ».

En plus, il y a même un magnifique leurre dans lequel j’ai mordu à pleine dent, qui détournait du véritable indice et c’était tellement satisfaisant de voir cette résolution et d’avoir un « ooooh O.O C’était donc ça » lors du final.
Je vais donner un exemple concret de ce trop-plein de tell et pas assez de show. Ca va me permettre d’embrayer sur un autre souci par la même. Durant la fête d’Halloween, on apprend, subitement, que l’un de leurs amis a eu un changement de comportement brusque. Ce n’est pas montré, ce n’est pas sous-entendu ou mis en scène par un exemple, une péripétie ou autre. Non, c’est juste dit dans la narration, comme ça. Et évidemment, ça aura un rôle important plus tard. En même temps, c’était un peu normal, car comment aurait-on pu comprendre autrement ? Ce personnage n’a aucune personnalité ! Autant le trio est super et la moitié des persos secondaires sont bien caractérisés, autant l’autre moitié n’existe pas. Ce sont à peine des figurants et encore. Ce qui est un peu compliqué quand on veut faire croire à un groupe d’amis par exemple… Je croyais au trio, je croyais à la relation fraternelle ou celle entre Avril et Nour. Mais les deux autres amis, je n’y croyais absolument pas. Comment suis-je censé être impliqué dans son sort par la suite ?!
Et de manière générale, c’est parfois trop rapide. Par exemple, il y a une scène de dispute, qui était pourtant importante, qui se règle bien trop vite. Je trouve que le livre n’aurait rien perdu à ralentir un peu par moment et rajouter des pages, développer davantage, amener certains détails bien plus tôt… Quitte à peut-être écrire un peu moins gros si c’était un problème de pages maximum.

En vrai, la raison à tout ce que je viens de citer, je pense la deviner sans problème. Si c’est bien un premier tome, alors l’autrice est en train de poser le background et elle n’a pas réussi à tout développer. On est encore trop dans de l’exposition. C’est pour ça que clairement, s’il y a un deuxième tome, je l’achèterai sans même y songer deux fois et j’espère que ce problème sera résolu.
En conclusion : trop de tell, pas assez de show, la moitié des personnages qui tombent à plat et un sentiment que c’est incomplet.
En résumé ? C’est un bon roman jeunesse de fantastique, une bonne surprise avec un trio attachant, de bons moments, un bestiaire digne de ce nom et des illustrations superbes. Mais c’est entaché par des soucis de narrations et de personnages sans compter une impression que le livre n’est pas fini, ce qui l’empêcher d’être parfait et gêne à plusieurs moments.
Avis définitif : Qu’on soit bien d’accord, j’ai beau avoir détaillé en long et en large mon soucis avec Chouette, je ne déteste pas ce livre. Au contraire, il FAUT que vous lisiez ce roman. Il est vraiment bien, il vaut vraiment le détour et je le recommande avec insistance. C’est justement parce que je l’ai aimé et que j’aurais voulu qu’il soit encore meilleur que je me montre exigeante.

D’ailleurs, je ne le dis pas (et je devrais sans doute) mais si vous l’avez lu et que vous en avez un autre, n’hésitez pas à le dire en commentaire. Je serais ravie et intéressée d’avoir des avis contraires 😀
Sur ce, merci de m’avoir lue ! Et je vous dis à la semaine prochaine pour une nouvelle critique 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s