TAG : une chanson des années 70, un livre

Bonjour tout le monde ! 

Nous sommes le premier mai et comme chaque premier vendredi du mois, c’est TAG ! Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, je suis, encore et toujours, accompagné de mon ami le lapin, Alx du blog Le terrier de livres Phantom.

Cette fois-ci, nous avons repris un TAG existant, crée par une chaine youtube que nous suivions tous les deux, Les Mots de l’Imaginaire.  Une chaîne très chouette d’ailleurs, je vous la recommande. Son TAG consiste à associer une chanson des années 1970 à un thème.

Mais vous allez le voir tout de suite ! Commençons sans plus tarder 🙂 

TAG : une chanson des années 70, un livre

« Une belle histoire » – Michel Fugain : une histoire qui se finit mal :
Wow, euh… Bizarrement, cette question, direct, m’a posé soucis parce que j’aie du mal à me rappeler des fins de roman. J’ai été bien plus marquée par les fins douces amères. Alors, en fin négative… Je me souviens de dystopies qui se finissent mal, genre 1984 mais ce serait trop gros. J’en avais lu une au lycée qui tournait autour des images et où le personnage principal finissait avec les yeux brûlés au fer, ce qui m’avait grandement perturbée à l’époque… 🤔 L’ennui c’est que je ne saurais plus du tout retrouver ce livre.
Alors je vais partir sur un truc totalement improbable et parler de mon traumatisme d’enfance : Frissons en eau trouble de R. L. Stine, un chair de poule qui a une fin si ouverte devant un danger qu’elle m’avait terrorisée.
Mon frère de Maxime Leforestier : le frère que tu aurais aimé avoir en littérature :
J’ai pas mal de frères IRL donc la question me fait bizarre. Du coup, j’ai cherché un personnage proche de mon petit frère : hyper intelligent, nonchalant mais qui se préoccupe des autres et plus doué que moi en relations humaines. Et, euh, du coup, même si ma vision doit être pas mal biaisé par ses adaptation, je dirais Mycroft Holmes de Shelock Holmes.
Je suis malade de Serge Lama : un livre qui parle de la maladie :
Oh, mon dieu, ca va être dur celui là car j’en ai pas mal. Du coup, je ressers un peu la barre : on parle maladie, pas handicap et ça doit être le thème principal. Et pas d’épidémie car sinon, je vais encore vous rabattre les oreille avec l’estrange malaventure de Mirela et le but est quand même de changer un peu. Il y en a dont j’aimerais aussi parler mais ce serait du spoil et je m’en voudrais de vous gâcher la lecture. Mais il m’en reste quand même beaucoup 😱 Alors je vais en choisir un par format :

Rois de cendre de K. Ancrum est un roman très cool, assez connu, qui parle de maladie mentale et d’hallucinations. Il a aussi la particularité d’avoir une mise en page assez particulières avec des dessins, des gribouillis, des photos, listes ainsi que des pages qui sont de plus en plus brûlés au fur et à mesure de la lecture.
Goupil ou face de Lou Lubie est une BD sur la bipolarité et notamment la cyclothymie. Le but est avant tout pédagogique et c’est également une autobiographie et c’est vraiment très bien fait.
Adieu, mon utérus de Yuki Okada est un manga qui m’a beaucoup marqué sur le cancer de l’utérus, racontée par une personne qui en a eu un.
Ma gueule de Johnny Halliday : Une personne qui cherche la bagarre :
Nada en roman. Ce n’est pas vraiment le type de personnages que je lis x’D Même mes romans d’action ou d’aventure, ce sont plus des personnes qui essayent d’échapper aux emmerdes. Du coup je vais me tourner vers le manga avec Blizzard Axel de de Nakaba Suzuki, qui est sur le patinage artistique mais où le personnage principal cherche sans arrêt les noises pour se faire remarquer. Ca correspond bien à l’idée et ça évitera les titres trop évidents de neketsu.
Lettre à France : un auteur français
Encore une fois, difficile de choisir. On va éviter de citer Bottero, c’est, il me semble, le plus simple et évident, à part peut-être les auteurs classiques. Et citons quelqu’un de prolifique, tiens. Quelqu’un dont les oeuvres m’ont durablement marqué. Là, j’ai deux noms en tête –non, trois ! –et je vais devoir faire un choix.
Je dirais Marie-Aude Murail parce qu’elle est, pour moi, une grande dame de la littérature jeunesse française et qu’elle a eu une place importante dans mes lectures.
Le Sud de Nino Ferret : une lecture à lire pendant les vacances
Ah, j’hésitais à la mettre dans la question d’avant alors voilà de quoi m’aider ! « Comment (bien) rater ses vacances » de Anne Percin est la série de livre jeunesse idéale. C’est court, ca se lit bien, c’est très drôle et surtout, ca se passe en été. Que demander de mieux ?
J’aurais pu aussi dire « les petites reines » mais j’en ai suffisamment parlé comme ça et puis surtout, ce livre, c’est l’hiver que je le relis x’)
Oh les filles au bonheur des dames : un homme à femmes
Oooh… Ce n’est pas évident, je ne crois pas en avoir vu défiler beaucoup dans mes lectures. Le seul qui me vient à l’esprit, c’est Mouret dans Au bonheur des dames de Zola. Il est vraiment décrit comme un charmeur, un charismatique, qui se lie aux femmes pour avancer socialement. Toutes ses histoires avec ses maîtresses… Sans compter les propos qui sont répétés comme quoi il en viendra une qui les vengera toutes. Ouais, pour moi, il correspond à la question.

… Oh, et je viens de remarquer, vu la chanson, c’est de circonstance 😂
L’aigle noir de Barbara : un livre avec une thématique sombre :
Ecumes de Ingrid Chabbert et Carole Maurel. AKA la BD tellement triste que je me suis demandée pourquoi je la lisais. Il s’agit d’une autobiographie sur un couple de femme qui, après plusieurs PMA raté, arrivent finalement à attendre un enfant et… celui-ci meurt en fausse couche. On parle ici de deuil, de PMA, de reconstruction. Et étant donné le sujet, j’avoue qu’il m’a fait pleurer comme une fontaine.
Le chanteur de Daniel Balavoine : un personnage avec l’ambition :
Celui-là, il va être trèèèèès simple. Certes, il y a plusieurs personnages qui me viennent en tête en lisant cet énoncé. Mais si vous me parlez de personnage ambitieux, de digne représentant de la maison des Serpentard, eh bien depuis mon adolescence, il y a UN nom qui me viendra forcément en tête.
Il s’agit de Nathaniel de la trilogie de Bartimeus, écrite par Jonathan Stroud. Nathaniel est décrit comme un adolescent brillant et terriblement ambitieux, qui cherche à tout prix à grimper dans l’échelle sociale, dans la hiérarchie du ministère et à en savoir toujours plus. Cela colle totalement à la question.
Alexandrie Alexandra : un livre qui se passe en Orient :
Alors, honnêtement, je n’en ai jamais lu encore. Du coup je vais remercier Les mondes de l’imaginaire, une fois de plus, pour avoir rempli ma whish-list et partir sur un livre de fantasy orientale.
Le Prix d’Alaya de Magali Ségura est un roman fantasy se passant dans un univers oriental et qui a l’air très intéressant. Apparemment, il se passe après la fin des livres classiques, c’est-à-dire que la prophétie a été accomplie, le monde a été sauvée… mais l’élue a dû se cacher pour des raisons un peu nébuleuses. On suivrait l’histoire du point de vue de son fils, qui a huit ans mais je n’ai pas encore trop d’informations. Cependant, il me fait pas mal de l’oeil :).
Et voilà, fini !
Comme d’habitude, j’espère qu’il vous a plu ! Le prochain article sera un marché de livre, pour marquer la fin du bingo que je suivais. N’oubliez pas d’aller voir les réponses du lapin dans son terrier !
Du coup, cette fois-ci, je vais tagger…. Hum, quelle bonne question. Je crois que Clémy a du mal en ce moment, je ne vais pas aller l’embêter. Je mets donc au défi un flamboyant moutonet mon beau-fils, tiens.
Sur ce, je vous dit à très bientôt ! Bye 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s