De la défense des livres audios

Ou pourquoi vous devriez en lire et à quel point c’est bien.

Depuis un moment, j’ai un soucis. J’ai beaucoup plus de mal à lire les romans papiers. Je n’arrive pas à trouver le temps. Même les livres qui me captivent, qui m’intéressent ! Par exemple, fin novembre/début décembre, j’ai commencé Le chant d’Achille de Madeline Miller. Il est trop bien. J’avais adoré Circé, je l’attendais avec hâte. Clairement, ce n’était pas lui le problème (d’ailleurs je ferai un article dessus, un jour). C’est juste, que voilà, je n’arrivais pas à me motiver à le lire, peu importe à quel point j’en avais envie.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Eh bien parce que ce qui m’a vraiment sauvé la vie, c’est les livres audios (ou audiobook, comme vous voulez, j’utiliserai les deux par la suite). Non pas que je les ai découverts récemment, loin de là. J’ai commencé à les utiliser en décembre 2017, comme le montre ce merveilleux graphique ci-dessous.

Je ne sais pas si je vous aie dit combien j’aimais les graphiques.

J’avais pris un abonnement à l’époque pour écouter avec ma copine. C’était Les petites reines de Clémentine Beauvais. Très bon choix par ailleurs car la narratrice était top et que nous avions passé un super moment. Je risque d’en reparler d’ailleurs. Bref, à partir de là, j’ai commencé à rentabiliser mon abonnement et enchaîner les livres, avec des moments de pauses où je pouvais ne plus rien lire pendant quelques mois avant de reprendre. Les crédits qui s’accumulent étaient d’ailleurs très pratiques à ce sujet. Et cet hiver, j’étais clairement dans une période favorable. J’ai triplé mon nombre d’heure rien qu’au mois de décembre tellement j’enchainais les livres.
Alors, cela m’a donné envie, une fois de plus, de partir défendre le livre audio. La seule différence étant que, désormais, j’ai un endroit pour le faire au lieu d’aller embêter le pauvre malheureux qui passe et qui a le malheur de faire une remarque vaguement lié à ce sujet.

Les avantages du livre audio

Tout d’abord, il y a son côté pratique et c’est probablement le premier qui vous est venu à l’esprit. Un livre audio, on peut l’écouter partout. Sur son trajet par exemple, pendant que l’on fait autre chose. J’avoue que c’est ce qui a fait la différence avec le livre papier me concernant : je n’avais pas à trouver le temps de me poser, j’avais juste à brancher mon casque et le lancer. Mais justement, vu que c’est le plus évident, je ne vais pas m’étendre dessus donc on enchaine.

Un bon narrateur, ça change tout. Celui-ci, je l’entends moins souvent alors qu’il est essentiel. Le narrateur, dans un audiobook, c’est la clef de voûte. Il doit être suffisamment convaincant, ne pas endormir, pouvoir faire plusieurs voix de manière constantes tout en rendant les émotions et instaurer une ambiance.
Un mauvais narrateur, cela vous plombe tout le récit, même le meilleur. Et à l’inverse, un excellent, c’est un vrai plus. Du genre à ne pas vouloir acheter la suite en livre broché juste pour pouvoir le suivre.
(Oui, je suis du genre à faire cela. J’attends désespérément le tome 5 de Percy Jackson sorti depuis près de 10 ans maintenant. Mais que voulez vous, le narrateur est si bon ;o; ).
D’ailleurs, même si cela dépend des livres, il y en a plusieurs qui font appel à des acteurs ou des comédiens de doublage ce qui est vraiment un argument non négligeable.
Pour en rajouter une couche, vous souvenez-vous du livre que j’ai cité plus haut, « Les petites reines » ? Pour celleux qui ne situeraient pas, c’est un livre drôle, principalement car nous sommes dans la tête d’une adolescente qui a un humour assez incisif, sarcastique, pleins de bons mots et de piques. La voix de la narratrice collait à merveille et donnait encore plus de peps au texte. En toute sincérité, nous étions mortes de rire pour deux choses : l’histoire et la voix. C’était parfait, je n’arrive même plus à m’imaginer autrement. Et ça, honorables êtres lisant, c’est pour moi un argument de poids.

De plus, cela permet de lire des livres que l’on aurait jamais pu lire avant. J’entends par là les livres compliqués, lents, ceux qui ont des réputations épouvantables et qu’on a lâché car, vraiment, ce n’était pas possible.
En audiobook, c’est tout de suite plus simple. Il y a un côté un peu passif, comme si on nous lisait une histoire (ce qui en soit est vrai). De fait, il y a moins d’effort à fournir pour s’accrocher.
C’est grâce à cela que j’ai réussi à lire les trois tomes du Seigneur des Anneaux. Et si vous n’avez jamais lu ou entendu parler du livre, sachez une chose : c’est lent, mais lent, très très très très leeeeeeeeeent. Clairement, j’ai écouté le chapitre 1, trente minutes sur l’état géopolitique et social de la Terre du milieu avec quelles familles habitent où et descendent de qui et…. J’ai su que j’avais clairement bien fait de ne pas tenter en broché. Ce fut long mais bien plus faisable et je ne regrette pas du tout.
(Je tiens à m’excuser de tout ce story-telling que je fais, c’est juste que j’essaye de convaincre avec ce que je connais. Mais j’ai vraiment l’impression de raconter ma vie, là.).

Enfin, cela renforce l’immersion. Cela va de pair avec le narrateur mais quand toutes les conditions sont réunies, l’immersion dans le récit est bien plus grande. C’est comme si tout était décuplé. Le suspens devient encore plus insoutenable, l’horreur plus effrayante et les passages tristes vous prennent davantage aux tripes. Pas que d’habitude, ils ne le fassent pas, non. C’est juste un plus.
Et c’est d’ailleurs aussi un inconvénient si vous êtes du genre à ne pas aimer pleurer en public. Mais bon, le bouton pause n’est pas bien loin.

Le principal reproche que les gens font

Ok, maintenant que je vous ai donné mon point de vue sur les avantages du livre audio, je vais juste m’attarder sur un point qui revient très fréquemment :

 » Oui mais moi, je n’ai aucune concentration pour ce genre de truc, je décroche au bout de cinq minutes. »

Ok ? Ce n’est pas grave ? A part si vos problèmes de concentration sont des soucis de santé (quelqu’un m’a dit un jour qu’il avait des problèmes auditifs, ce qui en soit était une assez bonne raison), ce n’est pas du tout incompatible.

Très sérieusement, personne ne va venir vous menacer avec un couteau si vous ne lisez que cinq minutes. En fait, c’est même plutôt l’inverse. Quand on commence un audiobook, la première lecture avant d’appuyer sur le bouton pause se situe entre 5 et 15 minutes. Bien sûr, cela va dépendre de pleins de paramètres tel que le livres et son style, le type de lecteur, ce que vous avez prévu de faire, les conditions extérieures etc.

De la même manière que vous lisez rarement un livre en une seule fois, et que même dans une séance de lecture, il y a souvent des pauses plus ou moins longues, lire un audiobook impliquera d’appuyer sur le bouton pause de nombreuses fois, voir même de retourner en arrière parce que vous avez été distrait. C’est normal. Cela fait partie du format.

Ok, mais maintenant vous vous demandez surement « Est-ce réellement intéressant/faisable de lire cinq minutes par cinq minutes ? »
Et très franchement, oui. Ca le fait. Déjà car il y arrivera forcément un moment où vous serez tellement pris dans l’histoire que ce ne sera plus 5 minutes mais 15 voir 30, voire plus. Ensuite car un livre long audio l’est surement aussi en version papier et que vous auriez eu le même problème.
Si cela vous laisse toujours sceptique et que vous n’en avez pas peur de m’entendre raconter ma vie, sachez que j’ai réussi à lire un livre de 20h52, tranche de 5 minutes par 5 minutes. Cela m’a pris deux mois, c’était long et c’était Le Seigneur des Anneaux tome 1. Excepté le prologue où j’étais dans une file d’attente pour une attraction (le fait de lier des lieux improbables à des livres devrait être un avantage btw) et que j’ai lu d’une traite car je n’avais rien d’autre à faire, j’ai eu beaucoup de touts petits passages tant le début était lent. Parfois c’était intéressant et je laissais filer mais clairement, jusqu’au 2/3 du roman, ce fut laborieux. Ca en valait le coup ceci dit mais c’est un autre débat lié plus à cette saga qu’aux audiobooks.
Donc clairement, c’est possible.


Ceci étant dit, si vous n’êtes toujours pas convaincus… Ben c’est pas grave j’imagine ? Encore heureux, en fait. Merci de m’avoir écoutée blablater.
Pour les autres…

Les livres que je recommande en audio !

Voici quelques unes de mes suggestions :

Les petites reines de Clémentine Beauvais pour les raisons que j’ai déjà évoquées plus haut.
La saga des Percv Jackson car elle est lue par Benjamin Bollen et que j’aime beaucoup sa voix. Il est très vif, a des voix qui colle bien aux personnages et est très agréable à entendre.
Celle des Passe-miroir lu par Clotilde Seille. Elle a tendance à réutiliser ses voix en fonction du ton mais c’est très agréable à écouter et j’ai un faible pour son Archibald. De plus, l’héroïne principale est décrite comme ayant une voix particulière et c’est très bien retranscrit, ce qui lui donne un peu plus de crédibilité/relief.
Et pour finir (pardon de ne citer que des titres assez connus), la saga des Ewilan lu par Kelly Marot. Je trouve que sa voix colle très bien et elle sait bien retranscrire le merveilleux.

Présentation personnelle

Bienvenue sur Chouette et Méduse !
Je m’appelle Jamesina, j’ai 25 ans et je suis en études de médecine.
J’ai décidé de lancer un blog pour 2020 sur mes lectures. J’avoue que c’est mon premier, que je tâtonne encore un peu beaucoup. Mais tentons tout de même ♫

De quoi va parler ce blog ?

Eh bien, comme dit plus haut, je me lance dans un blog de lectures. J’y parlerais ici des livres que j’ai lu, de mes avis, parfois sur des thèmes plus généraux. J’ai aussi envie de m’amuser un peu avec les tags en rapports et autres jeux de ce genre 🙂 Ce genre de choses.

Niveau goût, j’ai un faible pour la littérature jeunesse/YA. Vous risquez d’en voir souvent passer. Niveau format, je lis un peu de tout, des mangas aux romans. D’ailleurs voici un petit graphique de mes lectures de 2019 pour avoir une idée.
J’aime beaucoup les graphismes également.
Niveau genre, je me considère assez ouverte. J’ai une préférence pour la SFFF et le tranche de vie. J’ai juste un peu de mal avec la romance pure.

A quel rythme vont sortir les articles ?

Normalement, les articles sortent tous les vendredis. Il se peut que j’en rate quelques uns, notamment en période de vacances mais je tâcherais de faire de mon mieux et de prévenir avant.

Pourquoi « Chouette et Méduse » ?

Parce que j’avais tenté jadis une chaîne youtube et qu’elle s’appelait ainsi. Donc, je me suis dis, quitte à reprendre une activité, autant reprendre le nom également. Vous pouvez aller la regarder si vous voulez. Elle n’a pas duré longtemps et c’est surtout moi qui fait mumuse avec des peluches.
Ici, elles seront là pour pimenter un peu les critiques, niveau mise en page. Je m’explique :
Voici Méduse. Méduse est joyeuse, Méduse est légère. Elle flotte dans la mer sans trop se poser de questions. Elle aime lire, elle est facile à contenter. Elle tombe dans tous les plot twists, elle ne voit rien venir. Mais par dessus tout, elle est prompt à noter le positif. Elle est prompt à s’émerveiller du moindre détail, du moindre personnage. Elle adore parler de son livre avec excitation au premier venu.
Quand il y aura du positif à dire, ce sera à Méduse d’en parler. Voir même de tenir la rubrique seul si le livre l’a transporté au paradis des méduses.
Voici Chouette. Chouette est raleuse. Même dans ses livres préférés, elle ne peut pas s’empêcher de tiquer. Elle a un peu d’habitude maintenant, elle repère les trucs, les couacs, les incohénrences. Si quelque chose la dérange, elle va aller titiller jusqu’à mettre le doigt dessus.
S’il y a du négatif à en dire, ce sera chouette qui s’en occupera. Voir même, si le livre a connu un vol plané, elle sera peut-être seule à le faire.
Il se peut que d’autres animaux rejoignent la ménagerie au fur et à mesure. Jes les ajouterais par la suite !

Un mot pour la fin ?

Merci d’avoir lu tout cela. J’espère que cela vous plaira et que je pourrais vous donner envie de lire (ou non).
Dés à coudre sur vous,
Jamesina.